Produits de santé : plusieurs éco-scores sur les rails

On a beaucoup parlé d’éco-scores pour les produits de santé aux dernières journées achat logistique de Montrouge. Ces outils destinés à aider les acheteurs à acquérir équipements ou molécules de manière plus responsable ont le vent en poupe. Trois sont en gestation, un pour les DM et deux pour les médicaments.

© DR

« L’éco-score sera un plus, c’est indéniable. C’est quelque chose qui nous manque à l’heure actuelle. Mais cela ne sera jamais au détriment de la qualité ou de la sécurité de la prise en charge de nos patients », a déclaré Laure Bonnet, réanimateur anesthésiste au CH Princesse Grace de Monaco, lors d’une table-ronde consacrée à l’éco-conception des soins le 7 décembre aux  journées achat logistique de Montrouge.

La médecin, qui a évalué, via une analyse du cycle de vie simplifiée, les DM utilisés pour la pose de chambres implantables (lire notre article du 10 octobre 2023), a aussi souligné l’aspect chronophage d’une telle démarche. C’est pourquoi elle a appelé les fournisseurs à fournir ce type de données.

Les fabricants ont entendu le message. Le même jour, le Syndicat national de l’industrie des technologies médicales (SNITEM), associé au Comité pour le développement durable en santé (CD2S) côté acheteurs, annonçait le lancement de la création d’un éco-score pour acheter les DM de façon plus responsable. L’outil, conçu de manière consensuelle avec l’aide de l’Afnor, couvrira trois périmètres : la décarbonation, la santé environnementale et la qualité de vie au travail. Gratuit, il devrait être bouclé en juin prochain.

De son côté, le ministère de la Santé, par la voix de Cécile Lambert (DGOS), a également évoqué, pendant les journées de Montrouge, le lancement d’une méthodologie destinée à élaborer un éco-score sur les médicaments. Il s’agit d’un travail de longue haleine pour parvenir à une méthodologie commune et un dispositif lisible et obligatoire, a-t-elle prévenu.

Autre initiative, l’agence Primum non nocere a également annoncé, toujours à Montrouge, qu’elle travaillait sur un éco-score des médicaments. Sa sortie est prévue en mars-avril 2024. Cet éco-score prendra en compte les déchets et emballages, l’impact des excipients , l’empreinte carbone…

 

Réagir à cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *