Des plafonds lumineux en « réa », l’idée brillante du CHI Nord Ardennes

Fin mai, les 17 chambres du service de réanimation du site de Charleville-Mézières du centre hospitalier intercommunal Nord Ardennes seront toutes équipées de plafonds lumineux décorés. Objectif :  réduire le stress des patients en élargissant leur horizon. Mais les soignants profitent aussi à plein de ce nouvel environnement qui redonne des couleurs à leur quotidien.

© CHI Nord Ardennes

L’idée pourrait sembler paradoxale : décorer les plafonds de malades qui, pour la plupart, conservent les yeux fermés ! Telle est pourtant la dynamique dans laquelle s’est lancé le service de réanimation du CHI Nord Ardennes sur son site de Charleville-Mézières (611 hospitalisations en 2023, d’une durée moyenne de 7,32 jours).

Et la cadre de santé Jennifer Billard, qui y est attachée, s’en explique fort bien : « Moins son état de santé offre au patient des perspectives extérieures et possibilités d’interaction, et plus il est nécessaire de l’aider à se transporter ailleurs, dans un univers moins anxiogène que celui, ultra-technique, d’une chambre de réanimation ». Depuis quelques mois, plages exotiques, perroquets chamarrés, fleurs pastel ou encore galets zen étendent donc leur ciel au-dessus des lits des 4 unités de son service.

Des stickers rétroéclairés

© CHI Nord Ardennes

Profitant de l’installation de rails motorisés au plafond de chacune des 17 chambres, 6 panneaux LED rectangulaires (120 x 180 cm) y ont en effet été parallèlement encastrés puis recouverts d’un sticker adhésif transparent appelé à être ainsi rétroéclairé.

Rapporté aux lève-personnes plafonniers (environ 60 000 euros) financés par le Fonds européen de développement régional (FEDER) au titre de l’amélioration de la qualité d’accueil et de prise en charge des patients dans l’après Covid, l’investissement qui demeure, lui, supporté par l’hôpital est mineur (4000 euros pour les dalles, 3600 euros pour les adhésifs).

« Pourtant, au réveil, après plusieurs jours, voire plusieurs semaines de coma artificiel, l’effet est immédiatement apaisant, tout comme il l’est pour les proches ainsi que pour l’équipe dont la vision même du soin se voit modifiée », assure Jennifer Billard.

Aider à s’évader

©CHI Nord Ardennes

Car l’action – déjà lorgnée par d’autres services de l’établissement comme les soins palliatifs, la pédiatrie et la dialyse – s’insère bien dans une stratégie globale visant autant à améliorer le cadre d’accueil des patients qu’à optimiser les conditions de travail des soignants (quelque 70 paramédicaux).

Pareillement mise en place depuis quelques semaines, avec l’appui des médecins et du service d’hygiène, l’aromathérapie en fait également partie pour offrir à tous, soignés et soignants, un véritable voyage olfactif. Autrement dit pour, là encore, mieux vivre l’hospitalisation en s’en évadant.

Réagir à cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *